UNE POLITIQUE PRO-VIE ?

Dès avant les récentes élections, les études de l'opinion française ont montré que les principaux thèmes porteurs lors de ces élections seraient :

Ces deux thèmes remettent en cause l'État dont le rôle principal est normalement le maintien de l'ordre et l'exercice de la justice. Or il fait très mal ce travail, et il coûte de plus en plus cher à la population. De plus les politiciens au pouvoir sont comme autistes, incapables de percevoir ces préoccupations opposées à leur propre intérêt.
L'insécurité

En dix ans, le nombre des crimes et délits recensés contre les personnes a doublé. Xavier Raufer voit trois obstacles à la restauration de l'ordre public :

Cependant cet excellent criminologue en reste ainsi à une analyse technique et politique des choses, qui peut aboutir à résoudre une partie du problème. Mais il n'aborde pas l'insécurité encore plus grave vécue par les enfants à naître, qui a transformé le sein maternel en tombeau pour 7 millions d'entre eux depuis 1975. En effet, ces victimes ne sont pas comptabilisées dans la criminalité officielle. En tous cas, la crise actuelle n'a pas que des raisons techniques ou politiques, elle a des raisons plus profondes :

Changez le décor et la musique, ajoutez quelques gadgets et
vous êtes en France en 2002

  • la population est majoritairement barbare et non plus de mentalité chrétienne ; or il est normal que des barbares commettent des actes barbares ; et il est normal que les Chrétiens soient civilisés, mais comment y aurait-il des Chrétiens mûrs s'ils confient leurs enfants à l'appareil d'endoctrinement socialiste anti-chrétien qu'est l'Éducation Nationale ? Les barbares ont peu d'enfants (par exemple le parti de Laguiller encourage ses militants à ne pas en avoir) mais ils se reproduisent en corrompant les enfants des Chrétiens.

  • le clergé des différentes églises s'est lui-même réduit au silence et au néant en acceptant un certain nombre d'hérésies (cf. notre article "Les conditions de la victoire") ; il est ainsi majoritairement devenu piétiste, cantonnant le Christianisme à l'espace privé ; il craint d'élever la voix pour remettre en cause des grands actes criminels de l'État. Ou sont St Paul, St Jean-Baptiste et Nathan ? Ne reste-t-il que des évêques corrompus, à la botte de l'État-Moloch, gérants de subventions méritées par leur silence ?

Ainsi tant qu'une loi inique continuera de menacer les enfants avant leur naissance, l'État subverti se montrera incapable d'endiguer réellement la criminalité et la délinquance croissantes, quelles que soient ses promesses et les dépenses qu'il y engage.

Le racket fiscal

Les prélèvements obligatoires étaient en France déjà à 45,2% du PIB en 1998, contre 28,9% aux États-Unis. Hormis les socialo-marxistes, tout le monde a compris que l'intervention de l'État dans l'économie pénalisait chacun et empêchait une compétitivité nécessaire à la survie dans un monde concurrentiel.

Des impôts et des charges élevées "sapent le dynamisme des Français", comme le dit Chirac qui s'était empressé de les augmenter dès sa réélection en 1995. Pourquoi travailler à enrichir un État qui ne fait pas son travail ? Certaines formes d'impôts sont plus spécifiquement anti-familiales : celles qui touchent aux successions et aux transactions immobilières. Elle correspondent à l'idéologie de destruction de la famille qui anime nos adversaires, depuis les francs-maçons de 1789 aux marxistes contemporains. Elles participent à l'appauvrissement des familles et à leur refus de la vie.

Cependant la plupart des Français attend tout de l'État pour résoudre leurs problèmes, le transformant ainsi en un dieu, certes assez impuissant, mais très coûteux. Et les Français se refusent parallèlement à financer sérieusement les organisations chrétiennes qui pourraient construire des solutions alternatives. Ainsi, malgré les promesses des candidats, la libération du racket fiscal français n'est pas pour demain.

Le vote pro-vie ?

CANDIDAT

nombre
de voix

% des
exprimés

Boutin

339 142

1,19

Le Pen

4 805 307

16,86

Mégret

667 123

2,34

TOTAL Boutin / Le Pen /
Mégret 1er tour

5 811 572

20,39

TOTAL Le Pen 2ème tour

5 525 032

17,79

Il n'y avait au 21 avril 2002 (premier tour des élections présidentielles) que 3 candidats qui soient opposés à l'avortement : Boutin, Le Pen et Mégret. Aucun des candidats n'avait insisté prioritairement sur l'aspect pro-vie de sa candidature, et les motivations de leurs électeurs sont plus larges. Le vote pro-vie ne peut être assimilé au vote Le Pen, car des pro-avortement ont voté Le Pen et des pro-vie ont voté Chirac.

Il n'empêche que le second tour de l'élection présidentielle opposait bien un candidat pro-avortement à un candidat pro-vie :

Chirac a démontré depuis 1975 son engagement aux côtés des pro-avortements :

il a ainsi signé la loi Veil-Giscard en 1975 ; il s'est opposé à l'amnistie des Sauveteurs non-violents en 1995 ; il n'a rien fait pour empêcher les eugénistes de distribuer des pilules abortives aux écolières ni pour s'opposer à la stérilisation des handicapés ; il a récemment soutenu l'extension de la loi d'avortement et les expérimentations destructrices sur les très jeunes humains embryonnaires. Enfin il a choisi comme porte-parole Roselyne Bachelot, pro-avortement et pro-PACS.

Le Pen a de façon constante inscrit dans son programme le respect de la vie humaine dès la conception, avec comme loi de référence le Décalogue. Il est diabolisé par l'extrême-gauche, et par Chirac, au motif qu'il représenterait le fascisme, le racisme et la xénophobie face aux autres partis "démocratiques" ou "républicains". Cette dénonciation émane principalement de l'extrème-gauche communiste qui n'a ainsi plus à répondre de son passé criminel : l'accusateur, en dénonçant le fascisme, se drape dans la vertu et fait oublier au public le fascisme des Lénine, Trotsky, Staline, Mao, Pol Pot et les génocides "républicains" et "démocrates" qu'ils ont initiés (plus de 100 millions de morts au XXème siècle).

Ceux qui connaissent l'Histoire savent que le fascisme et le nazisme furent des mouvements d'extrême-gauche, cousins germains et alliés de ce bolchevisme ; que le racisme et l'eugénisme sont le fruit du darwinisme ; que la gauche des années 20 et 30 n'avait pas prévu les conséquences de ces courants sortis de son sein ; qu'elle reste dans la négation de sa responsabilité ; qu'elle reste aveugle sur l'eugénisme contemporain ; qu'elle préfère se refaire une virginité avec le vieux truc de l'ôanti-fascismeö en projetant ses fautes sur les autres.

Ainsi, même si Le Pen n'est pas exempt de reproches, faire de lui l'incarnation du fascisme est malhonnète ; d'autres méritent bien plus que lui ce qualificatif, à commencer par nos socialistes nationaux.

Chirac le sait, mais malgré la pression de son ami Pasqua, qui a un passé de résistant, il n'a pas le courage ni l'intelligence d'affronter les critiques qui surgiraient s'il faisait avec Le Pen des accords électoraux.

Chirac accepte ainsi la "morale" des avorteurs, une morale surréaliste qui rend stupide ceux qu'elle touche ! Aussi filtre-t-il le moucheron et avale-t-il le chameau.


Depuis 2 ans, Chirac a
ouvertement choisi
le camp de l'avortement.
En effet, tout semble indiquer que ce refus pharisaïque de Chirac de faire des accords électoraux avec Le Pen va amener un nombre important de "triangulaires" lors des élections législatives de juin. Ces dernières qui seront dramatisées par l'agitation "spontanée" organisée dans les rues, va donc ramener les socialistes au pouvoir ! Nous ne sommes que très temporairement débarrassés de la clique de Jospin.

Le caractère des acteurs

Cette situation inédite de l'entre deux tours, par l'éclairage inhabituel qu'elle a projeté sur la réalité, a permis de mieux voir quelles sont les véritables priorités d'un certain nombre d'acteurs :

Le véritable enjeux des législatives est désormais celui-ci : la gauche se prépare à "redresser" activement le système de retraites en euthanasiant les vieux. Si cette gauche gagne, la droite molle dépourvue de convictions la suivra, comme aux Pays-Bas et en Belgique tout récemment.

Thierry LEFÈVRE, 18/05/2002


Retour Bulletin "Droit à la Vie" juin 2002